lundi, 1 mars, 2021
Accueil High-Tech Divertissement Les jeux vidéo violents ne nuisent pas à vos enfants, mais il...

Les jeux vidéo violents ne nuisent pas à vos enfants, mais il est bon d’en discuter

Quelle est la première question que les parents se posent lorsque leur enfant vient implorer de jouer à un jeu de tir violent? Y a-t-il du sang?

Les enfants sont souvent doués pour présenter de solides arguments pour expliquer pourquoi ils devraient être autorisés à jouer à des jeux non sanglants mais meurtriers comme «Fortnite» et «Among Us». Même dans «Minecraft», il y a des squelettes, des zombies et des pillards à tuer. Les enfants diront qu’ils comprennent la différence entre les jeux et la vraie vie. Et en plus, diront-ils, ces jeux populaires sont caricaturaux, même mignons.

Les enfants savent-ils mieux ici? Si tel est le cas, pourquoi les parents ont-ils encore un soupçon tenace que ces jeux sont nuisibles d’une manière insidieuse?

Des décennies de recherche n’ont pas établi de lien solide entre la violence commise dans les jeux et la violence commise dans la vie réelle. Pourtant, des questions persistent sur les effets subtils des jeux violents sur le développement des esprits. Les questions sont devenues plus pressantes à mesure que la pandémie s’éternise. Les consommateurs américains ont dépensé près de 19 milliards de dollars en jeux vidéo au quatrième trimestre de 2020, une augmentation de 26% par rapport à la période de l’année précédente, selon le NPD Group. «Fortnite» et «Minecraft» figuraient parmi les jeux les plus vendus du trimestre.

D’une part, les jeux vidéo ont été une grâce salvatrice à une époque de peu d’autres interactions sociales. Pourtant, nous nous inquiétons toujours de la façon dont tout ce temps passé à tirer, poignarder et matraquer des amis, des étrangers et des robots affectera les enfants.

Une étude publiée le mois dernier a soulevé de nouvelles questions sur l’agression et les jeux vidéo violents. Contrairement aux études antérieures, celle-ci a suivi les joueurs adolescents pendant une décennie. Des chercheurs de l’Université Brigham Young ont découvert que les joueurs avec des niveaux constamment modérés de jeux vidéo violents étaient plus liés à des niveaux d’agression plus élevés que ceux qui ont commencé à jouer beaucoup mais qui ont diminué, ou qui ont joué à des niveaux bas avec de légères augmentations au fil du temps.

Comme de nombreux parents le savent, éteindre la console de jeu d’un enfant au milieu du jeu est un moyen infaillible de déclencher une crise de colère. Julie Jargon, chroniqueuse du WSJ Family & Tech, explique pourquoi.

Les auteurs ont conclu que «le jeu violent soutenu au fil du temps peut être plus prédictif des résultats à long terme que le jeu violent élevé qui fluctue considérablement au fil du temps.» Cependant, ils reconnaissent les limites de l’étude, y compris le fait que l’agression des joueurs a été autodéclarée.

«La recherche sur les jeux vidéo est très vivement contestée et débattue et la plupart des recherches sont à très court terme, il est donc difficile pour les parents de savoir quoi faire», a déclaré Sarah Coyne, auteur principal de l’étude. Elle suggère aux parents de tenir compte de plusieurs facteurs pour déterminer le type de jeux auxquels leurs enfants doivent jouer. «Je regarderais leur personnalité, comment ils vont dans la vie, qui sont leurs amis», dit-elle.

L’étude n’a pas fait la distinction entre la violence caricaturale et la violence graphique. Les jeux les plus violents qui existaient au début de l’étude étaient de nature plus graphique, tels que «Call of Duty», «Grand Theft Auto» et «Gears of War». Ces dernières années, des jeux tels que «Fortnite» ont présenté une version plus aseptisée de la violence, offrant une alternative aux jeux de tir à la première personne sanglants. «Fortnite» a obtenu une note «T» du Entertainment Software Rating Board, ce qui signifie qu’il est considéré comme approprié pour les adolescents, plutôt qu’un «M» pour les joueurs matures. Cela a donné à certains parents plus de confort en permettant même aux pré-adolescents de jouer.

De nombreuses études ont montré que la violence des dessins animés n’est pas différente pour les enfants que la violence d’apparence réaliste, et certaines études comparant spécifiquement la violence caricaturale et graphique dans les jeux vidéo ont montré que l’impact sur l’agression est similaire.

Cela signifie-t-il que la violence de toute nature dans les jeux vidéo est mauvaise pour les enfants, ou au mieux neutre? Le consensus semble être que ni la violence caricaturale ni réaliste dans les jeux ne se traduit par une violence du monde réel.

Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucun risque. Dimitri Christakis, directeur du Center for Child Health, Behaviour and Development du Seattle Children’s Research Institute, a déclaré que les parents ne devraient pas s’inquiéter du fait que leurs enfants commettent des actes criminels en jouant à des jeux vidéo violents, mais plutôt des impacts plus subtils sur leur psyches. Il a souligné des études qui ont montré que les gens étaient moins empathiques et utiles aux autres après avoir joué à des jeux violents ou regarder des films violents. «Il y a des effets faibles à modérés sur les pensées et les actions agressives, mais les jeux vidéo violents ne sont pas le seul facteur déterminant», a-t-il déclaré.

Douglas Gentile, professeur de psychologie à l’Iowa State University et co-auteur d’un livre intitulé «Violent Video Game Effects on Children and Adolescents: Theory, Research, and Public Policy», s’est dit préoccupé par le comportement agressif récompensé dans les jeux vidéo. et son impact sur la conception de la vision du monde des joueurs. Dans l’une de ses études, les enfants qui jouaient à des jeux vidéo violents à la fois caricaturaux et réalistes étaient plus susceptibles de vouloir faire exploser un adversaire avec un bruit fort. «La façon dont vous pensez change les chances de votre façon d’agir», a-t-il déclaré.

Mais qu’en est-il de la nature sociale et coopérative de nombreux jeux? «Le cerveau humain est capable d’apprendre beaucoup de choses à la fois», a déclaré le Dr Gentile. «Si le jeu comporte des éléments agressifs, vous les apprendrez, et si vous pratiquez la coopération, vous l’apprendrez aussi.»

De plus, la frustration peut être confondue avec de l’agression, a déclaré Rachel Kowert, psychologue et directrice de recherche pour Take This, une organisation de santé mentale à but non lucratif pour les joueurs et les développeurs de jeux. « Vous pourriez voir votre enfant claquer sa souris quand il perd dans ‘Fortnite’ et cela ressemble à de l’agression, mais c’est plus probablement la frustration de la nature compétitive du jeu, » dit-elle.

Elle souligne que si certains enfants affichent de la frustration et de la colère après avoir joué à des jeux vidéo, la délinquance juvénile a diminué au cours de la même période au cours de laquelle la consommation violente de jeux vidéo a augmenté. «Ce qu’il faut retenir, c’est que les enfants iront probablement bien, peu importe ce qu’ils jouent, à condition que ce soit adapté à leur âge», a-t-elle déclaré.

Le Dr Coyne a été surpris par une découverte majeure de son étude, qui pourrait réconforter les parents inquiets. «Nous avons prédit que jouer à des jeux vidéo violents aurait un effet négatif à long terme sur l’empathie et le comportement prosocial, et nous n’avons pas trouvé cela», a-t-elle déclaré.

Ce que tu peux faire

Voici ce qu’il faut considérer pour décider de laisser vos enfants jouer à des jeux vidéo violents.

Tenez compte des facteurs de risque. Plutôt que de faire un choix basé uniquement sur les graphismes ou la notation d’un jeu, examinez les facteurs de risque de comportement agressif de votre enfant. L’exposition à la violence à la maison et la délinquance des pairs sont des facteurs de risque plus importants, selon le Dr Kowert.

Les facteurs de protection, comme avoir de bons amis et des parents aimants, sont tout aussi importants à considérer, a déclaré le Dr Gentile. «Pour chaque facteur de risque, les chances de comportement agressif augmentent, et pour chaque facteur de protection, les chances diminuent», a-t-il déclaré.

Étudiez les nuances du jeu. Tous les jeux violents ne sont pas identiques, et même dans les jeux, il existe différentes façons de jouer. Dans «Minecraft», par exemple, les enfants peuvent choisir le niveau de difficulté «pacifique», où ils peuvent jouer sans rencontrer de monstres hostiles. Certains jeux peuvent être joués seuls ou à plusieurs, et dans certains jeux multijoueurs, les joueurs peuvent choisir de jouer les uns avec les autres ou contre eux.

Mettre l’accent sur la pensée critique. Ne sous-estimez pas la valeur de poser des questions pendant que vous regardez vos enfants jouer ou en jouant avec eux. «Demandez: ‘Pourquoi ce personnage a-t-il fait ça?’ «Pourquoi est-il montré comme ça? «À l’école, si quelqu’un agissait comme ça, que se passerait-il vraiment? », A déclaré le Dr Gentile. «Lorsque les parents parlent à leurs enfants de ce qu’ils voient et entendent, cela peut atténuer presque tous les effets négatifs.»

à lire :