Home Actualités La production cinématographique, télévisuelle et de jeux vidéo au Québec en plein essor après la pause COVID-19

La production cinématographique, télévisuelle et de jeux vidéo au Québec en plein essor après la pause COVID-19

0
La production cinématographique, télévisuelle et de jeux vidéo au Québec en plein essor après la pause COVID-19

MONTRÉAL – En 2019, les productions cinématographiques internationales ont injecté 360 millions de dollars dans l’économie québécoise, et l’an dernier, c’était près de la moitié, alors que COVID-19 fermait les décors et les productions pendant cinq mois.

Depuis la réouverture en juillet, les productions cinématographiques, télévisuelles et de jeux vidéo sont en plein essor.

«Oeople a tellement consommé les médias avec voracité que je pense que nous avons un public qui a envie de nouvelles choses à regarder, donc tout devrait faire boule de neige dans un très bon été», a déclaré le président de l’ACTRA, Simon Peacock.

Diverses productions sont en cours, comme la fin du monde de Roland Emmerlich, l’épopée Moonfall avec Halle Berry, qui vient de s’achever.

De nombreuses productions sont en cours.

«Nous avons un très bon départ», a déclaré Pierre Moreau, PDG du Conseil du cinéma et de la télévision du Québec.

Il y a aussi une méga production hollywoodienne à venir qui injectera 200 millions de dollars dans les coffres du Québec.

2021 devrait déjà être une année record et pourrait franchir le plafond de 400 millions de dollars.

Les secteurs des effets spéciaux et des jeux vidéo sont également en plein essor.

« Nous avons fini par avoir beaucoup de matchs à l’étranger venus ici pour faire tout leur casting, enregistrer des voix et faire de la capture de mouvement, donc pour les jeux vidéo, c’est en fait l’année la plus chargée que nous ayons jamais eue », a déclaré Peacock.

Avec des mesures de santé et de sécurité appropriées, les équipes de tournage peuvent continuer à travailler et elles savent que c’est à elles de le garder en respectant la distance physique et en utilisant toutes sortes de caméras et de trucs de production pour minimiser le nombre de personnes sur le plateau en même temps.

La première vague serait le département artistique qui prépare le décor pour les jours de tournage », a déclaré Anita Bensabat, responsable des lieux. tournage de ces scènes. Le réalisateur venait alors avec leurs acteurs.  »

Une épidémie signifierait un arrêt de travail, ce dont personne ne veut.

«Allons-nous rester en sécurité sur les plateaux à Montréal? C’est la première question et j’espère que la réponse est oui», a déclaré Moreau. « Nous avons très bien réussi ces neuf derniers mois, mais avec la nouvelle variante et tout ça, voyons comment ça se passe, mais nous allons rester extrêmement prudents. »

.